Claquage et déchirure musculaire en sport

douleur au mollet due à un claquage ou une douleur musculaire

Certaines douleurs musculaires peuvent être dues à un claquage ou une déchirure musculaire, elles surviennent pendant le sport. Dans cet article je vous apprends à reconnaitre un claquage ou une déchirure musculaire, et je vous explique comment les soigner, quels exercices, et les huiles essentielles à utiliser.

Le sport expose à des lésions musculaires telles les claquages ou déchirures musculaires. Leur apparition est bien souvent brutale, caractérisée par une douleur violente obligeant l’arrêt immédiat de l’effort. Elles sont souvent dues à un manque d’entrainement ou à un effort trop intense. Une mise au repos du muscle, puis une reprise progressive du sport sont indispensables pour une bonne guérison et pour minimiser les risques de récidive.

Quelques notions sur les déchirures musculaires

Claquage : lors d’une impulsion, d’un démarrage, d’un changement de rythme, une douleur caractéristique «  en coup de poignard » apparait, entrainant l’arrêt immédiat de l’effort et provoquant une gêne pour marcher plus ou moins importante. Déchirure : le mécanisme d’apparition est identique au claquage, mais il est plus brutal, et la douleur est beaucoup plus intense, avec parfois une sensation de claquement. Le sportif a la sensation d’être « foudroyé » sur place, la marche est difficile, voire impossible. On peut remarquer un gonflement localisé, et l’apparition d’un hématome (bleu) parfois très étendu. Les plus fréquents :

  1. Claquage des ischio jambiers : ce sont les muscles situés derrière la cuisse. Le claquage est très fréquent chez les sauteurs, sprinters, footballeurs.
  2. Claquage du jumeau interne, appelé aussi « tennis leg » : c’est un des muscles du mollet, vers l’intérieur de la jambe. Causé souvent par un étirement violent du muscle (comme par exemple après une chute de ski) ou par une contraction musculaire brutale (démarrage au tennis, course, saut…)
  3. Déchirure des adducteurs : fréquente chez le footballeur. On a une douleur à l’intérieur de la cuisse.

 

Quels sont les symptômes

  • Lors d’un claquage, l’étirement passif et la contraction du muscle provoquent une douleur. Dans le cas des ischio jambiers tendre la jambe devient douloureux ; pour le jumeau interne, c’est relever la pointe de pied jambe tendue. Chaque mouvement qui sollicite le muscle lésé est douloureux.

A la palpation, le muscle est globalement contracturé et douloureux, et on peut parfois sentir une douleur beaucoup plus importante à un endroit bien précis qui correspond au claquage. Quelques jours après le traumatisme, si la lésion est superficielle, une ecchymose apparait. Au contraire, si la lésion est profonde, l’hématome ne diffuse presque pas.

  • Dans le cas d’une déchirure, la douleur est plus intense et provoque une impotence quasi-totale. L’hématome d’apparition précoce est étendu et comme pour le claquage, il peut être profond et ne pas diffuser.
  • Dans certains cas, la lésion est minime, et il n’y a pas de douleur ni d’hématome immédiatement. Une douleur apparait plusieurs jours après.
  • Les claquages et déchirures évoluent favorablement vers une cicatrisation normale. Parfois, le tissus cicatriciel peut être plus fibreux, moins élastique que le muscle d’origine. Cela fragilise le muscle et augmente le risque de récidive.

faut-il faire des examens complémentaires?

Dans les pathologies musculaires, on ne pratique pas de radios, car elles ne montrent pas les muscles. L’examen le plus courant est l’échographie. Elle permet de vérifier s’il y a ou non une lésion, un hématome, et d’évaluer leur localisation et leur étendue. D’autres examens sont possibles.

Comment soigner un claquage ou une déchirure musculaire

Comme très souvent pour les pathologies sportives, le meilleur traitement est la prévention !

mes 5 conseils pour éviter les claquages et déchirures musculaires

  • Un échauffement long et progressif
  • des étirements en fin d’échauffement pour préparer le muscle à l’effort et éviter les lésions notamment internes.
  • Lors de la reprise d’un sport après une longue période d’interruption,l’entraînement doit être progressif sur plusieurs semaines et adapté aux possibilités physiques de l’athlète.
  • Les sports ont tendance à faire travailler plus certains muscles au détriment d’autres, favorisant des déséquilibres. Pour éviter ce problème, des séances de musculation en complément du sport sont conseillées. Elles ont pour but de renforcer tous les groupes musculaires de façon harmonieuse.
  • Toujours faire attention d’utiliser du matériel adapté : sur une surface synthétique, les chaussures ne seront pas les mêmes que sur de la terre battue. La tension du cordage d’une raquette de tennis doit aussi être adaptée à la force du joueur.

les 5 astuces pour soigner les claquages et déchirures musculaires

  1. Dans un premier temps, il faut permettre au muscle de cicatriser et à l’hématome de se résorber. On met le muscle au repos pour éviter le moindre étirement, en marchant avec des béquilles par exemple. Parfois l’immobilisation du membre peut être nécessaire, par une attelle.
  2. On applique aussi de la glace une dizaine de minutes pour diminuer la douleur et stimuler la circulation sanguine.
  3. Un massage de drainage circulatoire réalisé par un kinésithérapeute aidera l’hématome à se résorber.
  4. Le kiné pourra faire des ultrasons, pour faciliter la cicatrisation, puis progressivement, lorsqu’il estimera que le muscle est en bonne voie de cicatrisation, il commencera la phase de rééducation sous forme d’étirements, d’exercices statiques, puis dynamiques.
  5. Pour les lésions graves, il ne faut pas négliger une phase de réadaptation à l’effort progressive, pour que le sportif puisse reprendre le sport en parfaite condition physique, et éviter les récidives.

Traitement médical : le médecin peut prescrire des anti-inflammatoires ou des antalgiques.

Les huiles essentielles pour soigner les claquages et déchirures musculaires

Appliquées directement en regard du claquage ou de la déchirure par un massage très doux et indolore, certaines huiles essentielles peuvent être utilisées dans les heures qui suivent le traumatisme. Elles favorisent la résorption de l’hématome et soulagent la douleur.

  • Gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens) : composée à presque 99% de salicylate de méthyle, « l’aspirine naturel » qui lui donne son odeur si particulière. En application locale, elle est utilisée pour ses propriétés antidouleur, anti-inflammatoires à composante circulatoire, et antispasmodiques (qui diminuent les contractures musculaires). Elle est très utilisée pour les hématomes, élongations, déchirures, contusions.
  • Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) : possède des propriétés antidouleur, anti-inflammatoires et antispasmodiques très appréciées. On l’utilise souvent pour les élongations, déchirures, courbatures. Le citronellal qu’elle contient lui donne une odeur caractéristique ! Elle est fréquemment associée à l’huile essentielle de Gaulthérie couchée.
  • Hélichryse italienne (Helichrysum italicum) : c’est une huile essentielle d’une efficacité remarquable, indispensable dans toute trousse d’aromathérapie. Par ses propriétés anti-hématomes (bleus) exceptionnelles, anti-inflammatoires et antalgiques, elle est recommandée pour les hématomes externes et internes, même anciens.
  • Arnica des montagnes (Arnica montana) :ce macérat huileux est idéal pour lutter contre les douleurs musculaires, coups, chocs, hématomes. vous pouvez l’utiliser comme « base » pour diluer des huiles essentielles. C’est le complément idéal de l’hélichryse italienne.

Les huiles de massage Kinessentiel pour les claquages et déchirures 

la Synergie d’huiles essentielles régénération cutanée  « Hélichryse italienne »de kinessentiel est un complément idéal aux soins des déchirures et claquages musculaires.

Vous pouvez la diluer dans l’Huile de massage « Arnica » de kinessentiel

 

vous savez maintenant reconnaitre les déchirures musculaires, et vous connaissez mes conseils pour les soigner. Si vous aussi vous avez déjà eu un claquage ou une déchirure, faites nous part de votre expérience, ou de vos questions….

26 Commentaires le Claquage et déchirure musculaire en sport

  1. Bonjours, j’ai un petit probleme à la cuisse et j’arrive pas à savoir si c’est une déchirure ou pas ! Jeudi au foot j’ai tendu le pied droit et j’ai senti une pointe à l’intérieur de la cuisse gauche ! Cela de m’a pas foudroyer mais j’ai senti quelque chose ! J’ai arrêter tout de suite et le soir j’avais une douleur mais supportable ! J’ai mis glace et huile d’arnica ! Pendant la nuit j’ai eu une grosse douleur qui est passer toute seule ! Le lendemain j’ai mis glace et huile toute la journée la douleur passais ! Mais samedi je suis aller rejouer et juste à l’échauffementt je sentais comme un blocage j’ai donc pas jouer et le soir grosse douleur et la cuisse un peu enflé mais sans bleu ! J’ai mis glace et la nuit c’est super bien passer et aujourd’hui presque plus de douleur mais la cuisse toujours un peu enflé ! Pouvez vous m’aider

    • bonjour Rey,
      je pense que vous avez une petite déchirure musculaire. Si la douleur est à l’intérieur de la cuisse, c’est peut être les adducteurs.
      Le fait que la douleur diminue avec la glace et l’arnica est positif.
      Quand on a une déchirure musculaire, il faut mettre le muscle au repos pour qu’il cicatrise. Donc vous devez arrêter le sport pendant deux semaines, en mettant de la glace et l’arnica tous les jours. La douleur doit avoir complètement disparu.
      Puis reprenez le sport progressivement, en continuant à mettre de la glace et de l’arnica après le sport, pendant encore deux semaines. La douleur ne doit pas réapparaitre. Si vous recommencez à avoir mal, attendez plus longtemps avant de reprendre le sport.

      A bientôt

  2. Bonjour,
    Pratiquant la boxe birmane, j’ai dû me fragiliser le quadriceps à force de prendre quelques coups type « béquille » sur la cuisse, juste au-dessus du genou face antérieure on doit dire (face avant). Il y a une semaine je suis rentré très douloureux (je boitais fortement suite à un nouveau coup à cet endroit), aucune apparition d’hématome jusqu’à ce jour, mais un gonflement les 2 premiers jours. Une semaine plus tard il me reste une légère gêne et douleur à la marche, et une drôle de sensation surtout la nuit quand je me retourne ou m’étire dans le lit (sensation de gêne et douleur diffuse dans toute la jambe, je n’ai jamais eu de phlébite mais cette douleur m’y fait penser).
    Je n’ai pas vraiment envie de me mettre au repos, mais j’ai l’impression que la récupération est difficile et la récidive guette. Que pouvez-vous me conseiller ?
    Merci beaucoup.
    Grégo

    • bonjour Grégory,

      vous avez certainement une contusion musculaire, suite à la « béquille » de la cuisse. Dans ce cas, le membre gonfle, il est douloureux. Dans votre cas, l’hématome est peut-être profond.
      La première chose à faire est d’appliquer de la glace, et de continuer à glacer les jours suivants. On conseille aussi d’appliquer une huile inflammatoire, sur la cuisse. Je vous conseille d’utiliser de l’huile d’arnica, dans laquelle vous pouvez incorporer de l’huile essentielle d’eucalyptus citronné, de l’hélicrhyse italienne et de gaulthérie couchée. Vous pouvez diluer 4 gouttes d’huiles essentielles dans l’équivalent d’une cuillère à soupe d’huile d’arnica. Appliquez une à deux fois par jour, jusqu’à disparition complète de la douleur.
      Et n’oubliez pas de mettre la jambe au repos pendant deux ou trois jours.
      A bientôt

  3. Bonjour Grégory,

    Je pratique la course à pieds(trail, route)et depuis près de 5 mois je suis arrêté par mon médecin du sport suite à une déchirure de l’ischio jambier, mais malgré les soins, le repos , la Mésothérapie et les conseils de mon médecin, dès la reprise en douceur de mes entrainements, une nouvelle déchirure apparaît (au début une douleur sous fessier au bout de 2Km et la douleur descend dans la cuisse).
    J’ai vu un Ostéopathe pour vérifier tout problème mécanique, mais tout est en place, que me conseillez vous de faire? je suis désespéré
    Merci pour votre retour
    Joël

    • bonjour Joël,
      il m’est déjà arrivé de soigner des personnes ayant le même problème aux ischio jambiers, en consultation de kinésithérapie.
      Avez-vous fait des examen complémentaires type échographie? Cela permet de bien visualiser la déchirure: la localisation, l’étendue, la profondeur, la cicatrisation.
      le problème après une déchirure musculaire, c’est que si vous reprenez trop vite ou trop intensément le sport, les douleurs ré-apparaissent. Il faut bien comprendre qu’après une déchirure, le muscle est plus fragile, il a perdu de l’élasticité.
      Donc quand vous reprenez l’entrainement, faites des distances plus courtes. Vous pouvez aussi faire du fractionné, ce qui permettra au muscle de récupérer entre les efforts. Essayez de trouver la distance jusqu’à laquelle vous arrivez à courir en ayant une petite douleur qui ne dure que quelques heures; Puis progressivement augmentez. Après chaque séance appliquez de la glace, faites des étirements doux des ischio jambiers, et pensez à beaucoup vous hydrater.
      Avez-vous fait des séances de kiné? Le massage transversal profond (MTP) permet de calmer la douleur. Vous pouvez aussi faire des séances d’ultra sons, de la cryothérapie…
      Pour finir, je vous conseille d’appliquer des huiles essentielles anti inflammatoires et circulatoires, type eucalyptus citronné-gaulthérie-hélichryse italienne, mélangées dans de l’huile d’arnica (vous pouvez mettre une goutte de chaque huile essentielle dans l’équivalant d’une cuillère à soupe d’huile d’arnica). Tous les jours pour commencer, puis seulement après chaque séance de sport quand cela ira mieux.
      j’espère que ces conseils vous aideront dans votre reprise du sport
      A bientôt

  4. Bonjour, je traîne cela depuis un moment (des années) et ça s’est re-manifesté il y a quelques mois. Suite à plusieurs claquages au quadriceps en pratiquant le rugby, ça a cicatrisé avec le temps mais certainement très mal (je me suis mal soigné voire pas du tout) et ça me fait une boule à ce niveau là et des fois les douleurs me lancent c’est assez désagréable comme si ça s’irradiait sur toute ma jambe, je sens cette jambe gauche beaucoup plus faible que la droite, je ne peux pas avoir les prises d’appui que je veux c’est assez inconfortable, j’ai fait une irm le docteur ne sait pas trop c’est une cicatrice sûrement un fibrose. Je ne sais plus quoi faire merci d’avance pour vos conseils.

    • bonjour Bryan,
      en effet le muscle à force de claquages à répétitions a certainement cicatrisé en se fibrosant. Cela entraine une perte d’élasticité et une fragilité musculaire.
      Il faut donc assouplir le quadriceps en faisant des étirements du quadriceps. Pensez à bien vous échauffer avant.
      Anick Lorenzi

  5. Bonjour,
    Hier je me suis prise les brides de mon sac en sortant de la voiture. Chute sur le genou droit..applications de votre mélange HE..ça va mieux. Mais douleur en appuyant le pied pour me relever de la chaise et en pliant à 45 et 90 degrés. Est-ce un déchirement? Une fisure? Ps de bleu.
    Merci infiniment

    • bonjour émilie,
      d’après ce que je comprends vous avez mal au genou quand vous le pliez, comme en vous levant d’une chaise.
      Au plus on plie le genou, au plus la rotule vient s’appuyer sur le fémur.
      Donc si vous êtes tombée sur le genou, c’est possible que le cartilage de la rotule ou du fémur aie été un peu touché et soit sensible.
      Pour calmer la douleur, vous pouvez continuer les huiles essentielles, et faire en plus des cataplasmes d’argile verte. Cela aidera le genou à dégonfler, et cela diminuera la douleur. Pensez aussi à prendre de l’harpagophytum, qui est bon pour régénérer le cartilage
      Si la douleur persiste, pensez à aller voir un médecin pour faire des radios…
      a bientôt
      Anick

  6. Bonjour,
    En faisant un saut dans mon cours de cardio, j’ai senti un « clac » dans le mollet puis impossible de continuer. Je pense donc à un claquage (je ne peux plus marcher en posant le pied par terre) mais cela m’étonne que cela se soit produit au bout de 45 minutes de cours alors que le muscle est chaud.
    De plus, je pratique 3 fois par semaine donc mon corps est habitué, je ne suis pas spécialement fatiguée et je n’ai pas fait d’effort particulier lors de ce cours…
    Ce qui m’inquiète c’est que cela se produise sans aucun signe avant coureur ni effort intense.
    Qu’en pensez vous ?

    • bonjour Anne,
      en effet vous vous êtes peut-être fait un claquage…
      si c’est le cas, pensez à mettre de la glace, pendant environ un quart d’heure, deux fois par jour. Vous pouvez aussi utiliser de l’huile essentielle d’hélychryse italienne, à appliquer mélangée à de l’huile d’arnica, en massage doux.
      Si vous pratiquez régulièrement du sport et que vos muscles étaient chauds, peut-être que vos muscles étaient « sur-entrainés » et n’avaient pas récupéré d’une précédente séance de sport?
      Si la douleur ne diminue pas et que vous avez toujours des difficultés à marcher, consultez un médecin. Il peut vous prescrire une échographie, pour confirmer si il y a bien un claquage.
      De toute façon, tant que la douleur persiste, vous devez arrêter le sport pour mettre votre musle au repos.
      A bientôt
      anick

  7. Bonjour,
    Je pratique la musculation depuis quelques années, l’autre jour en réalisant un squat j’ai senti une douleur au niveau de l’arrière de la cuisse droite. J’ai pensé que c’était une crampe et ça commencait déjà à passer (j’ai donc continué ma séance). Le lendemain j’avais toujours un peu mal mais un peu moins, j’essaye de masser de temps en temps et un bleu est apparu. Je peux marcher facilement pas de soucis la dessus. Mais j’ai toujours une douleur quand je me lève, que dois je faire ? Je n’ai pas encore été consulté mon médecin.

    • vous avez certainement eu un claquage des ischio jambiers, ce qui a entrainé ce petit hématome.
      Il faut dans un premier temps mettre de la glace et arrêter le sport, le temps de la cicatrisation.
      puis progressivement faire des étirements des ischio jambiers, en vous échauffant bien avant. Cela permettra au muscle de retrouver sa souplesse.
      Anick Lorenzi

  8. Suite à une bronchite je tous se très fort puis une douleur dans le dos épaules omoplates cou ?

    • bonjour Michèle
      si vous avez une bronchite et que vous toussez beaucoup, cela peut entrainer des contractures aux muscles respiratoires, et par extension aux muscles du rachis et des épaules. Je vous conseille de masser ces zones endolories avec de l’huile d’arnica.
      Si vous toussez beaucoup, consultez un médecin pour soigner votre bronchite

  9. Bonjour Anick,
    je pense que c’est suite à de nombreux efforts, car la douleur revient quand je reforce à nouveau. J’ai une douleur persistante à l’épaule ; quand j’appuie à un endroit spécifique du muscle, c’est encore plus douloureux ; le moindre effort me fait mal. Et pourtant pas coup ou de sensation de déchirure brusque, ca vient vraiment progressivement avec l’effort. Dans le but de trouver comment le soigner et avec quelle HE : de quoi cela pourrait il s’agir ? Merci beacoup de vos conseils, Nicolas

    • bonjour,
      une douleur à l’épaule, sans traumatisme, progressivement après effort, cela ressemble à une tendinite de l’épaule
      Consultez votre médecin pour avoir un traitement adapté. En effet, une tendinite non soignée s’aggrave en général, et à long terme provoque une raideur de l’épaule
      Si vous voulez utiliser des huiles essentielles, prenez celles pour les tendinites: gaulthérie couchée, eucalyptus citronné, hélicrhyse italienne dans de l’huile ou du gel d’arnica
      A bientôt

  10. Bonsoir,
    Suite à une séance de gym tonique je souffre d’une cuisse depuis début octobre. Je n’ai pas ressenti de « coup de poignard » mais une échographie a décelé une déchirure. J’ai arrêté toute activité sportive en ré essayant tout de même par 3 fois (natation, CAP) mais la douleur se ravivait. Je sens un point qui fait mal au toucher au milieu de la cuisse côté intérieur. Le repos n’y fait rien, ça me handicape au quotidien. Mon métier m’oblige à me baisser souvent (enseignante auprès de petits de maternelle…) et j’ai l’impression de tirer dessus alors que je ne devrais pas. Que faire pour que ça passe ? Massages, kiné ? Les 2 ?
    Merci de vos conseils.
    Sandrine

    • Bonjour Sandrine,
      en effet la déchirure semble rester fragile, peut-être un peu longue à cicatriser
      il fait éviter de trop mettre en tension le muscle. Vous pouvez faire un strapping, ou du K-Taping
      ces techniques sont connues des kinés, notamment des kinés du sport
      cherchez-en un pas loin de chez vous
      A bientôt

  11. Bonjour,
    Après un claquage au mollet le 15 décembre (tennis leg), j’ai repris un mois après cet accident par de la natation et du vélo. Lors d’une séance de natation, j’ai fait des jambes de crawl et depuis, j’ai de nouveau cette douleur diffuse dans le mollet. Re-déchirure et encore repos forcé ou je peux passer outre ?
    merci

    • bonjour Viviane,
      oui en effet à nouveau repos
      ne reprenez pas trop vite le sport
      un muscle après une déchirure est plus fragile, car la zone lésée devient moins élastique. Donc passées deux semaines, il faut commencer à faire des étirements du mollet, lents et progressifs. C’est important pour éviter de vous faire des claquages à répétition
      a bientôt

  12. Dernièrement une douleur progressive est apparu à l’arrière de mon genou gauche. Après consultation chez un spécialiste, il s’agirait d’une lésion musculaire du poplité. Depuis ce diagnostic le mal s’est stabilisé avec notamment la pause d’un bas de cuisse et d’une rotulax.
    Mais ça reste douloureux et ça lance régulièrement, les nuits sont compliquées. Aucun hématome apparent.
    Que puis-je prendre pour atténuer les douleurs ?
    Quelle est la durée probable de convalescence ?
    Des séances de kiné sont-elles envisageables ?
    Merci pour vos réponses,
    Alain

    • Bonjour Alain,
      je pense en effet que des séances de kiné pourraient être bénéfiques
      si la douleur est derrière le genou, cela peut être en effet un problème musculaire
      simplement je vous conseille de contrôler que ce n’est pas gonflé derrière le genou, lorsque vous avez mal.
      En effet vous pouvez aussi avoir un kyste poplité, qui est un gonflement profond derrière le genou, et peut donner des douleurs . Cela se produit souvent de façon intermittente, notamment après un effort. Dans ce cas , la kiné ne serait pas très utile…
      A bientôt

  13. Marianne MUGLIONI // 16 février 2019 á 13 h 35 min // Répondre

    Bonjour, Est-ce que vous faites une sinergie avec toutes ces huiles essentielles ? Si oui, quel dosage pour chaque huile ? merci !

    • Bonjour Marianne,
      vous pouvez mélanger à part égales de l’huile essentielle de Gaulthérie + d’Eucalyptus citronné + d’hélichryse italienne
      puis vous mettez une goutte de ce mélange dans une noisette de crème neutre ou dans une cuillère à soupe d’huile végétale ou d’arnica
      A bientôt

Répondre à Dabin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*